Engagement – Contre les usines à culture 

Cessons de prôner les usines à culture et de grands projets inutiles comme Reims Arena, et concentrons nous sur l’essentiel : des activités culturelles et artistiques riches accessibles à tous et toutes (spectacle événementiel, création et diffusion), et renforcer notre culture locale et participative, c’est à dire notre capacité à vivre ensemble et à se rencontrer. 

# Soutenons nos artistes locaux 

Notre territoire est globalement bien doté en équipements culturels, cependant des déséquilibres importants existent entre les quartiers engendrant alors des inégalités quant à l’accès de cette culture à tous et à toutes. D’autre part la politique actuelle ne favorise pas ou peu les artistes du territoire, nous constatons l’absence de véritables moyens de création et de diffusion. La quasi-totalité du budget culturel est dédié aux « grands » lieux ainsi qu’au divertissement, pas à la culture artistique locale. Nous développerons une véritable politique de soutien à nos artistes professionnel.le.s, dans leurs actions de création et de diffusion, en rééquilibrant les budgets dédiés à la culture.

# La culture (ré) investit la ville…

Les liens entre les habitant.e.s doivent reprendre du sens, il nous faut plus favoriser les espaces de rencontre dans l’espace public : au travers de places publiques ou de lieux réinvestis (notre patrimoine industriel comme à Nantes par exemple…), au travers de la multiplication de petits lieux culturels, de cafés, de cinémas de quartier, de nos maisons de quartier… La culture, c’est avant tout, les rencontres et les échanges.

Nous n’envisageons pas un grand projet culturel mais plutôt la réalisation d’une multitude de petits projets afin de réinvestir des espaces de vie et dynamiser la vie culturelle dans tous les quartiers et dans l’agglomération, car la culture doit aussi être présente dans nos territoires ruraux.

# … et les maisons de quartier

Nous voulons aussi réinvestir totalement les maisons de quartier : rénovation, construction, réaménagement, rééquipement, nouveaux moyens matériels et humains. Le désinvestissement notoire des maisons de quartier par les politiques en place au fil des années est un non-sens. 

Ces lieux doivent redevenir le cœur de vie de chaque quartier : lieu où il fait bon vivre, et donc lieu qui nous donne envie de nous investir, lieu de citoyenneté par excellence, lieu d’entraide et de solidarité, lieu de décisions collectives, lieu de découverte, de rencontre, de partage et d’apprentissage, maison de l’écologie, maison des arts et de la culture.